Geocycle et Holcim lancent un projet pilote de récupération du phosphore dans les boues d’épuration

17 Décembre 2020

Le phosphore est un nutriment essentiel pour tous les organismes vivants et une ressource non renouvelable. C’est un engrais indispensable pour les agriculteurs, mais il est aussi très utilisé dans l’industrie. Les réserves mondiales de phosphate sont limitées et les minéraux riches en phosphate se concentrent dans de rares Etats tels que le Maroc, la Chine, la Jordanie et l’Afrique du Sud.

 

Les boues d’épuration, source de phosphore

Les boues d’épuration constituent l’une des principales sources de déchets phosphorés. En Suisse et en Allemagne, des stations d’épuration travaillent à la récupération du phosphore dans les boues d’épuration afin de réutiliser cette matière première précieuse. La récupération du phosphore en coopération avec les cimenteries est une solution de plus pour soutenir les efforts consentis dans le monde pour récupérer le phosphore. C’est pourquoi Geocycle et le centre d’innovation de LafargeHolcim à Lyon (France) étudient également différentes approches pour extraire le phosphore des boues d’épuration. D’ici à 2022, Geocycle valorisera plus de 170’000 tonnes de boues d’épuration séchées dans les cimenteries européennes.

Un projet pilote en Suisse

Un projet pilote industriel de récupération du phosphore dans les boues d’épuration est développé en étroite collaboration avec la cimenterie de Holcim Suisse à Untervaz. Il existe principalement deux procédés pour y parvenir: le procédé thermique et le procédé en phase humide. A Untervaz, l’équipe s’attèle au développement du procédé thermique au cours duquel la boue d’épuration séchée est gazéifiée à 1000°C. La biomasse est alors convertie chimiquement en syngaz énergétique et séparée du phosphore, qui se retrouve dans les cendres. Des substances nocives comme le fer ou des métaux lourds passent également parfois à l’état gazeux; le résultat optimal est de la cendre riche en phosphore qui peut être immédiatement utilisée comme engrais. Le syngaz remplace les combustibles traditionnels lors de la production de ciment et économise ainsi du CO2. Les premiers essais pilotes sont prévus au printemps 2021. D’ici là, la recherche fondamentale en cours concernant le procédé en laboratoire devrait être achevée.

Le phosphore contenu dans les boues d’épuration suisses pourrait remplacer 60% du phosphore importé. Geocycle et Holcim travaillent d’arrache-pied pour proposer le plus rapidement possible aux clients de Geocycle une solution durable qui leur permettra de respecter l’ordonnance suisse sur la récupération du phosphore à partir de 2026.

 
120613 untervaz ch

 

labor phosphor recovery